Stargate Atlantis: Réalités Alternatives - Forum RPG

Partagez | 
 

 Les Grow'aura, approche pratique pour les débutants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Issh'kââ'hïl
Grow'aura de la planète Grow'rania


Messages : 22
Date d'inscription : 04/02/2013

Feuille de personnage
âge: Huit cycles et onze saisons
Niveau utilisation gêne ATA:
Localisation en scénario: Quelque part dans Pégase

MessageSujet: Les Grow'aura, approche pratique pour les débutants   Mer 27 Mar - 15:23

I / Nom de l’espèce

A l’origine, elle n’avait pas de désignation identitaire… Elle était, tout simplement. Ce sont les premiers êtres vivants humanoïdes, les peaux-nues, comme les appellent les membres de cette espèce, qui leurs ont donné le nom de Grow’aura. Ce nom ne signifie rien en lui-même, ce fut le rugissement typique de mise en garde de l’espèce qui, impressionnant fortement leurs premiers visiteurs, leur fut assigné comme désignation d’office. Avec le temps et la découverte plus profonde et riche d’une espèce considérée comme étant sauvage et primitive, fut ajouté le terme ‘’d’aura’’ tant leur présence bestiale seule semblait en imposer plus que quiconque. A l’origine il n’était pas tout à fait identique cependant. Au fil du temps et de l’évolution de l’espèce, il a été phonétiquement modifié, soit par une mauvaise prononciation, soit par une mauvaise interprétation, ou bien encore soit par pure commodité littéraire, avant de finalement adopter la forme actuelle qui est la sienne.

Leur nom a d’ailleurs finit par donner naissance à celui de leur planète natale, qui est désormais connu de tous en tant que Grow’rania, le monde du peuple animal.


II / Origine de l’espèce

Selon les Grow’aura eux-mêmes, ils ont été créés par les dieux à partir de la nature qu’ils appellent tous Mère avec un très profond respect. C’est ainsi qu’il la désigne, que ce soit dans leur religion ou bien encore dans une conversation classique. Nature, est d’ailleurs un terme qui n’existe pas dans leur linguistique.

(Ce chapitre sera étoffé en temps et en heure, mais pour le moment absolument tout le monde ignore l’origine exacte de l’espèce, et les grow’aura eux même ne font pas exception à cette règle)


III / Description de la société

Les Grow’aura vécurent tout d’abord en meute nomade, leur nature animale étant plus prédominante que leur nature humaine, mais avec leur évolution vers une conscience de soi et de leur environnement, ils ont ensuite commencé à vivre en petits hameaux sédentaires. Les hameaux sont devenus villages avec le temps, avant de finalement subir une profonde mutation sociale lorsque les Grow’aura se sont unis en divers clans, eux-mêmes subdivisés en village bien plus important qu’autrefois. Cette mutation sociale fut enclenchée par les luttes incessantes pour à peu près tout : le gibier, les territoires, les femelles…Le pouvoir… Conscients que cette vie de violence perpétuelle les mèneraient à l’extinction un jour ou l’autre, certains des Grow’aura les plus évolués proposèrent alors la séparation des territoires de chasses et l’élaboration de lois visant à donner à chacun une part équitable en tout. Territoires de chasse donc, mais aussi ressources naturelles, femelles pour la reproduction, mâles pour défendre ces nouveaux acquis… Plus qu’une simple répartition des biens quel qu’ils soient, ce fut surtout l’éclatement de la structure originelle de la meute à proprement parlé, qui eu lieu et qui donna un nouvel élan évolutif décisif à l’espèce : on ne se réunissait plus par familles, mais par besoins structurels. Après cela, ce fut une nouvel ère qui s’ouvrit au peuple encore sans nom, une ère qui allait en outre leur faire découvrir une toute nouvelle chose jusqu’ici encore inconnue :la paix.

Grâce à celle-ci, l’espèce à pu conquérir pacifiquement des nouveaux territoires encore plus lointains… Enfin, disons plutôt presque pacifiquement… de par leurs aptitudes animal lié à un intellect de plus en plus élevé, l’espèce conforta solidement la structure de sa nouvelle société clanique tout en conquérant ce monde qui était désormais le leur. Ils étaient devenu l’espèce dominante. Au bout du compte, l’espèce s’est disséminés à travers toute la planètes. Les clans d’origines se sont agrandit, d’autres se sont créé pour diverses raisons… On trouve les Grow’aura partout, que ce soit en plaine, en montagne, sur les côtes…Presque tous avaient oublié la présence d’Hes’ka dans la forêt, mais Hes’ka, lui, ne les avaient pas oubliés…

La découvertes des autres peuples de la galaxie de Pégase et l’immense pouvoir de la porte des étoiles réveilla finalement des instincts de prédation incontrôlé, depuis longtemps en sommeil, chez certains chefs de clans. En effet, le clan qui avait la porte des étoiles sur son territoire avait pris un ascendant certain sur tous les autres clans. Il était en mesure d’en accorder l’accès ou non, chaque échange, chaque transaction se devait de lui être soumis pour autorisation… Ce fut alors le début d’une époque sombre, une époque de guerre inter tribale, ou chaque clan se battit à la fois contre le clan ayant la possession légitime de la porte des étoiles et contre les autres clans, qui voulaient bien entendu eux aussi conquérir le territoire devenu le plus précieux de tous. Nul ne se souvient aujourd’hui du temps que dura cet affrontement fratricide… Plusieurs générations de générations… Mais même si finalement le clan possédant le territoire tant convoité plia bien souvent, il ne rompit jamais. Mais la conservation de ce dernier n’était pas uniquement pour le pouvoir ou bien encore la conservation de son territoire, c’était aussi une question de religion car la porte des étoiles avait une place importante dans leurs croyances en la matière.

Devant l’inefficacité de leurs attaques, tous les clans désireux de s’emparer du territoire le plus important de toutes la planète décidèrent de mettre fin aux hostilités. Il fut alors établi des accords, des droits de passage afin que les autres clans puissent, eux aussi, profiter de la porte des étoiles dans une liberté d’action relativement complète, sans toutefois pouvoir l’utiliser toutes les fois qu’ils en avaient l’envie. Mais ceci, est une autre histoire… Une histoire, aussi administrative que ennuyeuse…

Cette interminable guerre fratricide fut le dernier conflit majeur entre les clans. Au jour d’aujourd’hui ils vivent dans une paix, certes toujours fragile comme toutes les paix, mais il semblerait que les Grow’aura aient atteint un stade de leur évolution ou leur nature humaine a finalement trouvé un certain équilibre avec leur nature animale.


IV / Croyances religieuses

La religion des Grow’aura est en fin de compte assez basique. Concernant les divinités, il y a la Déesse mère et ses enfants. La Déesse mère est celle qui les a créés à partir de la nature et ses enfants l’assistent en offrant le savoir à ceux qui ont été créés et qui savent s’en montrer digne. Certains élus peuvent même espérer être un jour emmené chez la Déesse mère elle-même grâce à Hes’ka (douce musique, en référence au subtil bruissement de l’horizon des évènements), afin de découvrir une gigantesque grotte sans fin et toute en cristal sans la moindre terre pour la soutenir. Car oui, le monde de la Déesse mère repose sur les eaux d’un immense océan ou, dit-on, vont les esprits des Grow’aura décédé qui ont su mener une vie valeureuse et honorable, afin de se fondre dans la conscience collective de la Déesse mère.

Les grow’aura n’ont pas de temple, ni de lieu de culte précis. Ils ont été créés à partir de Mère et Mère est partout, tout autour de nous, dans toutes choses qui n’est pas le produit de la science. Ils ont cependant des rituels, des prières… Lorsque l’un des leurs meurent, les Grow’aura le rende à Mère en faisant glisser son corps le long d’une rivière dans une simple embarcation, dont la localisation est tenu secrète pour les étrangers. Il semblerait que les Grow’aura sachent ou vont les corps des membres de l’espèce décédés, mais seuls les shaw’aura’s, les prêtres dans le langage des Grow’aura, qui signifie plus ou moins ‘’présence divine’’ en langage commun chez les peaux nues, savent précisément ou vont les morts puisqu’ils les accompagnent afin d’effectuer un ultime rituel pour le passage vers l’esprit de la Déesse mère.

Le passage qui permettrait d’aller dans le monde de la Déesse mère et que les Grow’aura nomment Hes’ka, est en réalité la porte des étoiles, ce qui explique sa grande importance dans leur religion et la résistance acharnée du clan qui en détient encore aujourd’hui la possession

(A étoffer le moment venu)

Pour en revenir à la rivière ou les Grow’aura rendent leurs morts à Mère, Il est important de signaler que cette dernière est tellement sacré que si jamais un étranger venait à en découvrir la localisation exacte, il serait mis à mort sans autre forme de procès… Il en va de même, pour le Grow’aura qui trahirait ce secret, bien entendu.


V / Culture

Autrefois uniquement des chasseurs féroces et sans la moindre pitié, les Grow’aura sont désormais aussi des agriculteurs. La découverte d’autres espèces leur a ouvert l’esprit sur la nécessité de diversifier leur alimentation afin de pallier à une éventuelle disette comme ils ont pu en connaître dans le passé et aujourd’hui, ils sont passé du stade de simple carnivore à celui de omnivore. Fruits, légumes, tubercules… Tout cela fait désormais partie de leurs habitudes alimentaires, mais leur ressource principale demeurent toutefois et en très grande partie, la viande qu’ils chassent. Ce qu’ils cultivent, leur laisse en général un excédent important qu’ils vendent ou échange à d’autre planète.

Grâce à la porte des étoiles, les Grow’aura commercent donc avec les autres planètes possédant elles-mêmes une porte des étoiles. Certains se sont spécialisé en ce domaine comme d’autres dans celui de la religion ou de la culture de la nourriture non animal, mais ils ne connaissent pas l’argent. Cependant, conscient que c’était là une chose importante pour les peaux nues, ils acceptent ce moyen de payement parallèlement au troc de marchandise. C’est donc, comme de nombreuses activités chez les Grow’aura, une spécialisation propre dont le savoir n’est pas accessible à tous. Les différents métiers se transmettent généralement par la prise d’un ou deux apprentis, afin que le dit savoir ne se perde jamais totalement en cas de disparition aussi triste que soudaine.

La viande issue d’autres planètes est aussi très appréciée par leurs clients, ce sont des mets rares pour la plupart des gens, qu’ils peuvent monnayer de façon assez intéressante.

Mais les Grow’aura ne commercent pas uniquement de la nourriture. Ils ont des artisans qui fabriquent des vêtements avec les peaux de leurs proies, des colifichets avec leurs dents et leurs os… Un proie est une offrande sacré de Mère et par conséquent, ils ne doivent pas déshonorer ce frère animal qui meurent afin que eux puissent survivre.

Les clans comptent aussi d’autres professions, mais elles sont la plupart du temps propre à leur espèce et ne sont donc pas sujettes au commerce. Néanmoins, si jamais un visiteur veut acheter une des choses fabriqué pour le village, la chose n’est pas impossible.

Toutefois, la majorité des Grow’aura sont soit des chasseurs, soit des guerriers. La différence entre les deux est assez minime, le guerrier n’étant, finalement, concentré que sur la tâche consistant à défendre le village ou le clan et pour ce faire il passe son temps à s’entraîner au combat, là ou le chasseur est un expert dans le domaine de la traque et de l’art de tuer sa proie. Entre ces deux professions, c’est vraiment une simple question de spécialisation. A noter, que les chasseurs se divisent en deux groupes : le premier, celui qui chasse uniquement sur Grow’rania est composé de la majorité des chasseurs et des apprentis chasseurs. Le second groupe, quand à lui, est-ce que on pourrait l’élite, ce sont les chasseurs autorisés à aller chasser sur d’autres planètes. Ce sont les plus doués, les plus habiles… Les meilleurs et tous les petits chasseurs les envient d’être les ‘’chasseurs des mondes’’, tout en espérant bien en faire partie un jour. Ils sont peu nombreux en vérité, peut-être une dizaine par village. Sans avoir un statut particulier au sein des clans, ils ont cependant une certaine forme de respectabilité que les autres n’ont pas.

Les chasseurs des mondes partagent d’ailleurs cette respectabilité avec les commerçants et cela pour deux raisons : la première, car se sont les seuls à quitter la planète et à voir les autres mondes de leurs propres yeux. La seconde, car ils sont aussi les seuls de tous les Grow’aura à connaître les secrets de Hes’ka… Mais en réalité, ils savent uniquement l’utiliser sans être en mesure d’en comprendre le fonctionnement. Mais cela suffit à faire rêver tous les petits Grow’aura, aux griffes et aux crocs naissants.

Bien que devenu plus ou moins civilisé, l’espèce n’en demeure pas moins des plus prédatrice par nature et en conséquence de quoi, chaque Grow’aura, quelque soit son activité, est en mesure de combattre grâce à sa personnalité animal encore très vivace et ses attributs de prédateur naturel.

    V-a / Le grand conseil des anciens

    Chaque tribu (ou village) est dirigée par un grand conseil des anciens. Celui-ci se compose de cinq membres nommés pour le restant de leurs vies et ils sont les cinq grow’aura les plus âgés de la tribu. Chaque membre du grand conseil est appelé Skâ‘lah, mais le plus âgé des cinq membres, celui qui dirige le conseil, se voit octroyé le titre de Skâ‘lah’het. Ils prennent la plupart des décisions engageant l’ensemble de la tribu, mais ils sont aussi sollicités en cas de conflits entre les membres de la tribu, lorsque ces derniers ne peuvent se résoudre par eux-même. Ils ont également autorité pour décider qui est en mesure de passer Hes’ka, en intégrant soit les commerçants, soit les chasseurs des mondes. Bien que le type de gouvernance de l’espèce ne soit absolument pas une dictature, les décisions du grand conseil font force de loi : personne ne les contestent et personne ne songent d’ailleurs un seul instant à le faire.

    V-b / Les commerçants

    Les commerçants sont les grow’aura autorisés à franchir Hes’ka, afin de vendre, échanger ou acheter, après des peaux nues vivant sur les autres mondes. Chacun d’entres eux à entre un et trois apprentis qu’ils forment afin qu’ils puissent un jour leur succéder, Chaque nouvel apprenti est soumis à l’approbation ou non du grand conseil des anciens, qui décide si il peut, ou pas, s’engager dans cette voie.

    V-c / Les chasseurs des mondes

    L’accession au statut de chasseurs des mondes est plus difficile que l’accession au titre de commerçant. En effet, c’est le statut le plus envié par tous les grow’aura ayant l’esprit aventureux , car il permet de chasser des proies différentes sur les autres mondes. Ce statut demande un certain nombre de qualités et de capacités, que tous les chasseurs, sans être mauvais pour autant, ne possèdent pas. Là encore, c’est au grand conseil des anciens qu’il revient de décider qui peux en devenir un et qui ne le peux pas. C’est aussi lui, en concertation avec les chasseurs de mondes expérimentés, qui décide de l’épreuve à passer afin d’obtenir le statut convoité. N’importe quel grow’aura peut postuler pour devenir un chasseurs des mondes, mais il faut savoir choisir son moment car c’est une demande qui ne peut être faite au grand conseils des anciens, qu’une seule et unique fois dans la vie de chaque grow’aura… si le grand conseil des anciens oppose un refus au postulant, alors cela en est définitivement terminé de ses rêves de chasse sur les autres mondes.

    V-d / Les secrets de Hes’ka

    Les différentes coordonnées des mondes connues et régulièrement visités par les commerçants et les chasseurs des mondes sont précieusement conservés sur les murs d’une grotte, dont le passage est obstrué par un ingénieux système dont seuls les shaw’aura’s ont le secret. Les différentes coordonnées sont gravés à même la pierre et sont divisés à travers deux salles ne communiquant pas entres elles. Il y a une salle pour les commerçants et une salle pour les chasseurs des mondes. En effet, ces coordonnées sont l’un des savoir les plus secret de l’espèce. Cela est du au fait que au début, lorsque Hes’ka a révélée son secret à tous, son passage était libre et sans restriction. Mais des événements malheureux et parfois même tragique avec les peaux nues et en lien avec la nature prédatrice des grow’aura, ont finalement décidé le grand conseil des anciens de l’époque à restreindre l’accès aux différents mondes à une poignées de groww’aura. C’est là, l’origine des castes de commerçants et de chasseurs des mondes. Lorsque un grow’aura acquiert l’un ou l’autre de ces statuts, il est alors enfermé dans la grotte susnommés jusqu’à ce qu’il ai mémorisé l’ensemble des coordonnées inhérentes à son activité. Une fois qu’il ressort de la grotte, lorsqu’il le décide, il ne peu alors plus jamais y retourner, bien entendu, une dérogation peut, très éventuellement, être accordé par le grand conseil des anciens pour ce faire, si un cas d’amnésie se présente par exemple. Il faut aussi noter, comme dit plus haut, que même si certaines des coordonnées sont communes aux commerçants et aux chasseurs des mondes, chaque caste ignore les coordonnées de l’autre.



VI / Niveau technologique

C’est une espèce proche de Mère, qui n’utilise pas, ou très peu, de technologie… Rien de bien important en tous cas et uniquement dans certaines situations ou circonstances.

Même si leur technologie propre est assez archaïque, comme le travail du bois ou du métal, l’espèce n’en demeure pas moins en mesure d’apprendre la technologie d’autrui. Toutefois, ils semblerait que leur profonde nature animal restreigne quelque peu leur intellect humain, car les concept assez complexe comme les trous de verre, les trous noirs ou bien encore l’atome, ne sont pas à leur porté… En fait, ils excellent plus sûrement dans l’utilisation des technologies avancées, que dans leurs compréhension.

Certains vivent dans des huttes, d’autres dans des cabanes en bois… Voir un village Grow’aura est un spectacle assez étonnant en vérité et qui, pour les experts, témoigne d’une évolution encore en pleine mutation.

Ils n’utilisent comme armes que des lances et des couteaux. Parfois, quelques-uns usent d’une fronde ou son équivalent. Ce sont des armes simples et apparemment très peu dangereuses, mais accouplés avec leurs aptitudes de prédateur elles deviennent plutôt redoutables.

Pour résumer, on peux dire que leur technologie est similaire à celle de l’époque pré industrielle de la Terre.


VII / Quelques caractéristiques de l’espèce

Généralités

Les Grow’aura sont autant l’objet de la curiosité des peaux nues, que de leur crainte. Il faut bien reconnaître que leur physique hybride des plus atypique, intrigue. Ce sont des hommes animaux, là ou tous les autres sont simplement homme. Outre leurs couleurs fauve zébrés de rayures noires, ce qui frappe le plus chez eux est sans doute leur longue queue qui semblerait presque être vivante et préhensile. Mais même si ils peuvent la manipuler aussi aisément que n’importe quel autre membre, ce n’est pas le cas. Elle est juste une extension de leur anatomie. Les Grow’aura n’ont pas un niveau technologique très développé, mais c’est parce qu’ils n’en ont pas eu besoin. Leurs aptitudes animal compensent très largement cette petite déficience en vérité.

Leur espèce est physiquement supérieur à celle des humains, mais sans pour autant être d’un niveau surhumain. Ils sont physiquement plus fort, plus rapide, avec un temps de réaction bien supérieur. A cela, s’ajoute des sens extrêmement développés : la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et, dans une moindre mesure, le toucher, sans oublier des griffes acérées et des crocs puissants. Avec en plus une agilité et une furtivité sans égale, on comprend pourquoi certaines personne se méfient des Grow’aura. Leur nature si particulière en fait tout naturellement l’objet de la xénophobie de certains peuples qui, toutefois, évitent soigneusement d’en faire étalage devant l’un des représentant de l’espèce… Des fois qu’ils mordent… Ou qu’ils lacèrent les chairs… Et autres préjugés du même genre.

De part leur tradition historique, c’est une espèce très territoriale. Si un Grow’aura a le sentiment que vous cherchez à envahir son territoire, que ce soit celui de son clan ou simplement une pièce qu’il occupe, il se montrera très clairement menaçant à l’égard de l’audacieux.

Leur apparente fragilité en dehors de Grow’rania les ont rendu assez solidaire dans un environnement composé principalement de peaux nues. C’est pourquoi, ils n’hésitent jamais à se porter au secours de l’un des leurs si jamais celui-ci est mis en danger par un quelconque individu. Il y a d’ailleurs un diction célèbre dans la galaxie de Pégase, à propos des Grow’aura : Celui qui se fait l’ennemi d’un Grow’aura, devient l’ennemi de tout Grow’rania.

    VII-a / Aspect physique

    D’apparence anthropomorphique, ils sont morphologiquement très proche des peaux nues : ils sont bipèdes, bien qu’ils puissent partiellement se déplacer à quatre pattes s’ils en ressentent l’envie, possèdent des membres inférieurs bien distinct de leurs membres supérieurs, pareillement aux peaux nues… Ils ont une silhouette typiquement peaux nues aussi et un visage ressemblant trait pour trait au leur. Néanmoins, les grow’aura sont aussi nantis de certaines caractéristiques qui leur sont propre et qui rappellent à tous que, contrairement aux apparences, ils ne sont pas des peaux nues. Ils ont un appendice à la jonction du coccyx et du bas de la colonne vertébrale, communément nommé queue, qu’ils manipulent de façon aussi naturelle et inconsciente, qu’un membre. Cependant, ce n’est pas un appendice préhensile mais plutôt similaire à celui d’un chat. Ils sont aussi dotés de crocs puissants et redoutable en lieu et place de canines et les ongles de leurs mains et de leurs pieds sont en réalité des griffes solides et acérées, partiellement rétractable. Ceci étant dit, même rétractées leur griffes pointues et aiguisées restent un danger potentiel. En dépit d’une ressemblance certaine avec les peaux nues, les grow’aura ont une structure osseuse bien plus élastique que ces derniers, ainsi que une masse musculaire bien supérieure à la leur. Le premier point explique comment ils peuvent se mouvoir aussi aisément qu’un prédateur quadrupède en l’espace d’un instant et avec une déconcertante facilité sur la durée, tandis que le second point justifie notamment la puissance de leur détente et l’extraordinaire de leurs sauts, sans oublier l’étau implacable que devient leur mâchoire lorsqu’ils enfoncent leurs crocs dans une quelconque proie ou un adversaire. Néanmoins et même si la plupart des femelles de l’espèce paraissent assez svelte de par leur mode de vie exigeant et en dépit de ce surplus de poids inhérent à leur forte masse musculaire, un regard attentif remarquera que, comme on pourrait le dire de façon assez vulgaire, elle sont assez bien charpentées… Notamment, au niveau des hanches.

    Tous les grow’aura ont plus ou moins la même couleur fauve orangé avec des rayures noires zébrant leur corps. Ces rayures, n’apparaissent cependant nullement sur leurs pieds, leur mains ou bien encore leur visage. Bien qu’étant dans les mêmes teintes, leurs lèvres, leurs sourcils et leurs cheveux sont toutefois bien plus sombres que leur couleur corporelle. Leurs yeux abritent des pupilles en fente verticale irisée d’un jaune légèrement doré, un peu à l’instar de ceux d’un félin. Aux yeux des peaux nues, les grow’aura ont tendance à tous se ressembler et les seules moyens de les distinguer Les uns des autres, est de se fier à leur taille, leur stature, les traits de leur visage, leur personnalité et, dans une moindre mesure, leur coiffure. Mais ce dernier point n’est pas un élément des plus fiable en vérité, étant de nature à changer. On notera toutefois que, en fonction des clans, apparaissent des variations dans les teintes et les rayures : plus ou moins claires, plus ou moins longues, plus ou moins nombreuses…

    Un dernier point sépare encore définitivement les grow’aura des peaux nues : Contrairement à l’impression que l’on peux avoir en les regardant, leurs peau n’en est pas une. Plus précisément, leur peau est de la couleur qui s’offre aux regard d’autrui, mais leur rayures n’y apparaissent pas un seul instant. La raison en est très simple : invisible au premier regard, il faut vraiment examiner un représentant de l’espèce avec une minutie toute médicale pour s’apercevoir que, en réalité, ils sont recouvert d’un reliquat de fourrure de couleur fauve orangé et parsemée de noire dont résultent leurs rayures si remarquable. Toutefois, la fourrure d’origine de l’espèce s’est peu à peu dépouillée au fil des millénaires et de leur évolution, pour finalement adopter l’apparence d’un fin duvet qui n’a, cependant, rien perdu, ou très peu, de ses qualités protectrices. Il suffit d’ailleurs de caresser la ‘’peau’’ d’un grow’aura, pour s’apercevoir immédiatement de la grande douceur de celle-ci. Une douceur des plus extrême, qui fait pâlir de jalousie bien des peaux nues femelles.

    VII-b / Style vestimentaire

    Les vêtements leur étant des entraves, plus qu’autre chose, pour l’utilisation de leurs aptitudes physiques naturelles, Les Grow’aura ne portent généralement que très peu de pièces de ‘’tissus’’ sur eux. Les mâles ne portent qu’un pagne plus ou moins long en fonction de la saison, mais les femelles se vêtissent également d’une sorte de bustier court afin de dissimuler leur poitrine. Autrefois inexistant, ce fut la confrontation durable avec les peaux nues qui firent prendre conscience aux femelles que leurs attributs mammaires, ainsi offert, les dérangeaient tout autant qu’ils étaient un objet de convoitise aux yeux des peaux nues mâles. Ce vêtement féminin supplémentaire n’est cependant pas une obligation pour les femelles qui ne quittent pas la planète, mais il le devient pour toutes celles dont les tâches les conduisent à franchir Hes’ka. L’espèce ne porte pas de chaussures, pour la raison cité ci dessus. En en portant, les grow’aura se priveraient de pouvoir utiliser les griffes de leurs pieds. Cependant, ils sont tout à fait en mesure d’en porter, comme de se vêtir pareillement aux peaux nues si la nécessité s’en faisait ressentir. Leurs vêtements sont en matière exclusivement naturelle, il s’agit soit de la peau épaisse de certains animaux, soit de leur fourrure, notamment pour les saisons froides ou hivernales. Dans ce dernier cas de figure, les grow’aura portent également une sorte de cape/manteau grossier en fourrure et plus ou moins longs, notamment lorsqu’ils voyagent. Celui-ci étant également une entrave à leur liberté de mouvement, les chasseurs n’en portent bien entendu pas et doivent donc se contenter de leur propre résidu de fourrure naturelle qui, si elle reste partiellement efficace en terme de protection thermique, est cependant loin de valoir celle de leurs ancêtres plus primitifs.

    VII-c / Santé

    Les grow’aura n’ont quasiment aucun problème de santé particulier. leur nature hybride, notamment leur partie animale et leur mode de vie assez rude, les rendent extrêmement résistant à toutes sortes d’agressions extérieures. Cependant, l’espèce, en dépit de ce qui peux sembler être une supériorité physique indéniable aux yeux des peaux nues moins bien loties en la matière, n’est pas invulnérable et n’est donc pas exempte des maux tels que les handicaps, les déficiences physiques et même, mentales. Toutefois, ces cas de figure reste extrêmement rare parmi la population grow’aura et ne sont jamais, par respect envers eux et leurs familles, offert à la vue des peaux nues. Ceci, expliquant en partie la réputation de créatures ‘’parfaites’’ que certaines populations de Pégase leur prête.



VIII / Environnement

Dans les faits, Grow’rania n’est pas très différente de la Terre. Il y a des forêts, des rivières, des lacs, des fleuves, des océans… Des vallées, des plaines, des montagnes… Seule exception notable, il n’y a pas de désert ni de zones réellement polaires. Le climat change en fonction des zones géographiques, ce qui explique les petites différences physiques qui peuvent exister entre les Grow’aura qui vivent dans des endroits de la planète très éloignés les uns des autres. Toutefois, une constante régit leur monde quel que soit l’endroit ou on se trouve : il y a toujours quatre saisons à peu près équivalentes à celles de la Terre en terme de durée..


IX / Cycle de vie

Les Grow’aura on une espérance de vie assez longue, qui dure une trentaine de cycles. L’équivalent temporel d’un cycle étant une décennie pour les peaux nues, les Grow’aura vivent donc en moyenne trois cents de leurs années. Ils ne comptent donc pas le temps en années, mais en cycle. Plus précisément, en cycle et en saison. Un cycle équivaut à dix ans et une saison équivaut à trois mois. Voici un exemple concret :

Un Grow’aura âgé de dix saisons, est un Grow’aura âgé de deux ans (ou plus précisément, de deux ans et deux mois).

Un Grow’aura âgé de trente-deux saisons, est un Grow’aura âgé de huit ans.

Un Grow’aura âgé de un cycle et sept saisons, est un Grow’aura âgé de onze ans (ou plus précisément, onze ans et trois saisons).

Un Grow’aura âgé de cinq cycles et vingt-deux saisons, est un Grow’aura âgé de cinquante-cinq ans (ou plus précisément, de cinquante-cinq ans et deux mois).

Un Grow’aura âgé de dix-huit cycles et trente-cinq saisons, est un Grow’aura âgé de cent quatre-vingts neuf ans (ou plus précisément, de cent quatre-vingts neuf ans et trois mois).

Grâce à ce système de calcul de l’âge, les Grow’aura savent parfaitement qui est plus ou moins âgé, que les autres. On peux même aller jusqu’à dire qu’ils sont plus précis que les peaux nus sur ce point.

Cette longévité peu courante s’explique par deux raisons. La première, est que à l’origine l’espèce avait une intelligence et une capacité d’apprentissage extrêmement faible et donc, les Grow’aura avaient besoin de plus de temps afin d’assimiler les choses et de pouvoir les transmettre à la génération suivante. La seconde, est un cycle de reproduction aussi bref que rare.


X / Cycle de reproduction

Une femelle Grow’aura ne peut avoir de grossesse que tous les demi cycles environ (soit tous les quatre ou six ans en temps humain). La période de reproduction dure quatre saisons, soit une année humaine et chaque femelle ne peux procréer qu’une seule et unique fois durant ce laps de temps. Tout aussi unique est l’enfant qu’elle mettra au monde, ce qui explique pourquoi les enfants Grow’aura sont précieux pour l’espèce : en perdre un, c’est devoir attendre à nouveau un demi cycle pour essayer une nouvelle fois, d’en avoir un.

Il n’y a pas de règle absolue en la matière, mais une femelle Grow’aura devient sexuellement active (et par la même occasion adulte) aux environs de deux cycles et elle peut enfanter aux environs de trois ou quatre cycles. Il faut cependant prendre note d’une chose capitale : la reproduction est d’une telle importance chez les grow’aura, que une femelle qui se montre incapable de procréer perd tout autant de son charme, que de sa valeur attractive aux yeux des mâles. Une femelle qui ne peux procréer est une femelle qui ne sera jamais approchée pour la reproduction et qui ne s’unira quasiment jamais de toute son existence

Les mâles qui se sont unis avec une femelle sont fidèle pour la vie, mais lorsque vient la saison de la reproduction et afin de maximiser les chances de fécondation en, finalement, peu de temps, les mâles ont le droit, voire même le devoir, d’ensemencer le maximum de femelle durant ce laps de temps. Généralement et afin d’éviter les problèmes, les mâles ensemencent les jeunes femelles encore sans compagnon.


XI / Lexique

Note : Le Langage des Grow’aura est très difficile d’apprentissage pour les peaux nus, car il se prononce en grande partie en utilisant la capacité à émettre des feulements, propre aux félins. Il s’agit donc d’une langue assez confidentielle, quasiment parlé couramment par la seule espèce des Grow’aura.

‘s Arrow indique le pluriel
Arrow placé entre deux mots, indique un terme indissociable
Fee Arrow féroce
Lah Arrow âme
Hes Arrow musique
Ka Arrow douce
Shaw Arrow divin (respectueux)
Shûw Arrow divin (commun)
Aura Arrow présence
Grow Arrow sans signification
Kââ Arrow Mère (désignation de la nature)
Arrow mère (qui met au monde, qui élève)
Skâ Arrow père (qui ensemence, qui élève)
Issh Arrow déesse
Hïl Arrow don (présent, cadeau)
Hil Arrow don (capacité)
Het Arrow haut(e)
Schiss Arrow herbe (se prononce skiss)
Teltak Arrow cime
Krôl Arrow argenté
Krol Arrow argent
Dogar Arrow force (signification dans le langage originel de l’espèce)
Kitshaka Arrow fleur élégante de la planète (équivalent de l’orchidée terrestre)

Termes composés Grow’aura connus

Grow’aura Arrow nom de l’espèce, pas de signification particulière pour elle (pour les peaux nues, littéralement présence feulante ou grognante)
Grow’rania Arrow Nom de la planète natale de l’espèce, pas de signification particulière
Hes’ka Arrow douce musique (désigne la porte des étoiles)
Shaw ‘aura Arrow présence divine (titre honorifique)
Shûw’aura Arrow présence divine
Fee’lah’s Arrow âmes féroces
Issh’kââ Arrow Déesse mère (créatrice ‘’divine’’ de l’espèce, mots inversés afin de signifier l’importance de ce qu’il désigne)
Issh’kââ’hïl Arrow don de la Déesse mère
Skâ‘lah’het Arrow haute âme père (celui qui dirige le conseil des anciens
Skâ‘lah Arrow âme père (membre du conseil des anciens)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Grow'aura, approche pratique pour les débutants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [A.C] Personne n'aura de pitié pour personne...[PV Lei/Eiko]
» La Politique pour les nuls (Ou GAVP II)
» [S20] Neufs doigts, c\'est pas pratique pour compter !
» Petit scénario pour les débutants
» Guide pour les débutants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SGA Réalités Alternatives :: Hors Jeu :: Base de données :: Peuples & Civilisations-
Sauter vers: