Stargate Atlantis: Réalités Alternatives - Forum RPG

Partagez | 
 

 Et si nous étions rester sur terre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sean Gilmore
Spécialiste en biochimie dynamique
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 15/02/2013

Feuille de personnage
âge: 31
Niveau utilisation gêne ATA: 2/5
Localisation en scénario: la cité

MessageSujet: Et si nous étions rester sur terre   Sam 15 Juin - 22:55

Cela était encore une journée de plus calme, il n’y avait pas grande chose qui se produisait pour le moment. Juste quelques bruits de couloir. Plus personnes pour faire de la musique avec moi ou encore de jouer à la console, enfin si pour cela il y avait toujours Kathe. Mais mon saxo lui était reste silencieux depuis que mon ami Tim était parti sur cette cité légendaire, donc tout était calme. Bien sûr je continuais à ennuyer Kathe à courir dans tous les couloirs, mais le bœuf et le mash-up me manquaient déjà. Et puis maintenant, même dans le bureau tout était calme, plusieurs de nos collègues avaient suivi le petit guitariste sur la cité de Platon. Et en ce jour, tout ce que j’avais trouvé de mieux à faire était d’aller faire un tour dans les couloirs, vagué dans cette base pensant à diverses choses. Je m’imaginais déjà finissant le jeu qui me prenait la tête depuis quelque temps sur ma ps2, ou encore essayant d’inventer cette fameuse formule de super héros. Quand soudain, du coin de l’œil, je vis du rouge passer à côté de moi, des bruits de talon résonner dans le couloir. Ma tête se retourna aussi vite qu’elle le pouvait, afin de voir qui cela pouvait bien être, qui portait une robe rouge, avec des talons dans cette base, qui oserait avoir un tel accoutrement sachant ce qui se passait dans ces lieux. Je restais donc là à regarder la silhouette de cette femme,  attendant le moment ou je pouvais entre apercevoir le visage et quand il apparut je restais figée sur place pendant un temps infini, ou ce qui me semblait infini. Et quand mon esprit repris le contrôle, je me mis à courir après le major Highmore, qui pour la première fois était habille avec un superbe robe.

« Kathe ! »

J’attendis qu’elle se retourne pour voir si cela était bien elle, pour voir si cela n’était pas mon imagination qui me jouait des tours, et quand elle se retourna je restais là encore quelques secondes. Elle était magnifique, dans cette robe, une robe magnifique, et à ce moment précis, mon esprit ce demandais bien pour qui elle pouvait s’habille ainsi. Je continuais la regarde ouvrant la bouche, puis la fermant à une ou deux reprises, mon regarda lui la scrutait dans tous les sens admirant le courbe de cette femme, qui même avec ses habille de militaire la trouvais très belle, mais dans cette tenue, il la trouvait sublime. Je me raclais la gorge, essayant de reprendre mes esprits.

« Robe, rouge. Mmh, je ne pensais pas que tu puisses avoir ce genre de vêtement dans ta garde-robe. Qui est l’heureux élu qui a osé demander pour sortir avec toi ? »

Je m’approchais d’elle, avec un petit  sourire, reprenant petit à petit mon assurance habituelle tout en continuant à la taquiner.

« Dis-moi, tout. Tu ne lui as pas montré ton côté sauvage ? En tout cas j’espère que ce n’est pas un civil sinon le pauvre. »

Je savais qu’elle n’allait pas me répondre, mais je continuais quand même sur ma lancer.

« Si c’est un civil, je peux lui prêter mon abonnement à l’infirmerie.  Alors, dis-moi, c’est quoi son nom ? Il est grand, petit, musclé ? Est ce qu’il t’amène des fleurs ? »

Et comme je savais qu’aucune information n’allait filtrer, je lui piquai son gsm dans son sac à main. Car voyez-vous, le major avait prévu un sac à main. Mon but était de savoir qui avait osé l’inviter, et surtout qui avait réussi à obtenir un oui de ça part. Et quand le butin fut entre me main, je peux vous garantir que je courais plus vite que Barry Allen connue sous le nom de flash.

« Comme je sais que tu ne me diras rien, je t’emprunt ça. »

Cela était la pire idée que j’avais eus, mais je voulais savoir. Et ma course nous entraîna dans l’ascenseur ou une lutte acharner s’engagea entre elle moi pour ce gsm. Autant dire que la personne qui eut le dessus fut elle, mais une chose peut probable se produisit, alors que nous étions dans l’ascenseur, celui-ci tomba en panne nous bloquant entre deux étages rien que toutes les deux.

« Tout ça c’est de ta faute. Si tu ne m’avais pas poursuivi on ne serait pas là… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katherine Highmore
Major des marines
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 23/01/2013

Feuille de personnage
âge: 30 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 0/5
Localisation en scénario: Atlantis

MessageSujet: Re: Et si nous étions rester sur terre   Dim 16 Juin - 11:00

La base était bien vide et calme depuis le départ de l'équipe Atlantis. Bien entendu il restait encore des activités et des missions d'explorations, mais tout ceci c'était ralenti depuis la mission Atlantis. C'était également dû à la fin de la guerre contre les forces d'Anubis. Elle avait repris la tête de l'équipe du colonel Sumner au départ de celui-ci. Ce calme était étrange, perturbant, elle qui avait toujours connu le SGC dans ses années les plus fastes. De la mort du Docteur Jackson en passant par l'émergence du seigneur du Système Anubis. La guerre qui avait embrasée la galaxie et la quête désespérée pour la citée d'Atlantis jusqu'à la bataille d'Atlantis. Aujourd'hui tout était calme.

Katherine avait eu le temps de rencontrer quelqu'un en dehors de la base. C'était étrange, mais l'homme l'avait abordé avec courage et il s'était montré séduisant. Elle s'était laissée prendre au jeu et ce soir elle devait le rejoindre pour aller au restaurant. Elle avait décidée de se mettre sur son trente-et-un pour cette occasion. Se sentir belle une fois de temps en temps ne faisait pas de mal. Elle avait revêtue une robe rouge et une paire d'escarpins assortis. Un maquillage léger mettait en valeur les traits de son visage et elle portait quelques bijoux. Quand elle fut prête elle quitta les vestiaires des femmes en prenant son petit sac à main. Elle avait juste de quoi y fourrer deux ou trois choses, elle avançait en le baladant du bout de sa lanière. Elle était plongée dans ses pensées et ses rêves, ne prêtant pas attention au monde autour d'elle. Du moins jusqu'à ce que quelqu'un l'appelle. Une voie qu'elle connaissait bien.
Ho s'il vous plaît cette soirée est supposée être parfaite! Tout le monde mais pas lui!
Elle se retourna et découvrit comme elle s'y attendait Sean Gilmore. Elle le considéra d'un œil morne et elle fronça les sourcils quand elle se rendit compte qu'il la déshabillait presque du regard. Elle claqua des doigts devant son visage:
"Tout va bien Gilmore?! Tu veux que je t'aide à me reluquer?"

Quand il commença à reprendre ses esprits et à la questionner elle tourna les talons. Elle reprit son chemin en essayant de l'ignorer. Non, non, non! Je ne vais pas perdre mon temps avec cet idiot! Je vais certainement pas commencer à me mettre en retard!
Elle continua en forçant le pas, se faisant violence pour ignorer son bombardement de questions. Elle sentit soudainement une main plonger dans son sac. Elle se retourna vivement sur lui et le vit avec son mobile. Le sang de Katherine ne fit qu'un tour et sa vision devint aussi rouge que sa robe. Elle adressa un regard assassin à Sean. Ses poumons se gonflèrent et elle hurla à un point qu'elle devait être entendue dans toute la base:
"Sean Gilmore! Ramène moi mon mobile ou je te promets que je te tue! Tu m'entends reviens ici imbécile! J'ai dit revient ici!"

Elle esquissa quelque pas de course et manqua de tomber. Sa démarche était soudainement devenue ridicule et elle ôta ses talons qu'elle garda en main pour courir. Tenant les pans de sa robe d'une main. Elle courut derrière lui jusqu'à ce qu'il se réfugie dans un ascenseur. Elle s'y glissa juste avant que les portes ne se ferment et elle sauta sur l'homme. Bien plus grand qu'elle son réflexe naturel fut de lever le bras. Rapidement elle s'était retrouvée sur son dos en train de ramener son bras jusqu'à elle. l'ascenseur s'arrêta subitement, les plongeant l'espace d'une seconde dans le noir avant que les lumières d'urgences tamisées ne s'enclenchent. Katherine descendit prestement du dos de Sean et se précipita vers le panneau de l'ascenseur, elle pressa le bouton d'alarme. Rien, aucune sonnette ne retentit, puis elle essaya le bouton d'appel d'urgence, sans succès.
"Non! Non! Non! Noooooon!"
Elle frappa le panneau de rage lorsque celui-ci parut être définitivement mort. C'est alors que la remarque de Sean vint jusqu'à elle. Elle se retourna lentement, et il sembla évident subitement que cet cabine d'ascenseur serait trop exigüe pour qu'il puisse s'enfuir.
"Toi! Je vais te tuer! Ca ne serait pas arrivé en premier lieu si tu ne m'avais pas piqué mon mobile! Maintenant on est coincé dans cet ascenseur et y a personne pour nous sortir de là!"

Elle revint sur lui en cherchant à le saisir pour le secouer et lui frapper la tête du plat de la main.
"Espèce de bioabruti de scientifique à la noix! Y a plus personne pour emprunter cet ascenseur avant la prochaine prise de service!"

_________________
Katherine Highmore.
Major des Marines.
"Faisons ça simplement et efficacement!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Gilmore
Spécialiste en biochimie dynamique
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 15/02/2013

Feuille de personnage
âge: 31
Niveau utilisation gêne ATA: 2/5
Localisation en scénario: la cité

MessageSujet: Re: Et si nous étions rester sur terre   Dim 16 Juin - 18:28

Nous étions donc coincée dans cette petite pièce rien qu'elle et moi. Je pouvais déjà sentir que je n'allais pas passer un agréablement moment, et je pouvais la comprendre. Après tout elle avait un rendez-vous et moi je venais de tout gâcher. Après ma petite réflexion, et l'avoir vue se précipiter sur l'alarme, j'étais près à m'excuser, à lui dire que je m'en voulais. Mais voilà, elle me menaça, me secoua et me frappa la tête de sa main tout en me disant que j'étais un idiot. Ce qui était vrai, je l'étais, alors je la laissais faire sans rien dire, sans même lui faire une réflexion dont elle avait l'habitude, tout ce qui se passa fut ma main qui arrêta la sienne et lui présenta mes excuses.

« Désolé, je ne pensais pas que l'ascenseur s'arrêterait, complètement et qu'on serait coincé dedans. Si tu veux, pour me faire pardonner je t’accorde ce que tu veux, même d'arrêter de t'ennuyer.»

Je m'en voulais vraiment de lui faire manquer son rendez-vous, d’empêcher un homme de la voir habille ainsi. J'eus même un petit sourire en imaginant la tête de cet homme, une tête similaire à la mienne. Et les questions sur cet homme reviennent dans mon esprit, je voulais savoir où elle l'avait rencontré, s'il était gentil, s'il était intentionné avec elle. Je soupirais, alla vers le panneau de l'ascenseur, râlant sur mes compétences pour ne pas savoir réparer cette boite de métal et tout en regardant.

«Alors ? Ou tu l'as rencontrée ?... Tu n'es pas obligé de répondre, mais autant nous occuper en attendant qu'on vienne te libérer de ma présence. En tout cas désolé, de le faire attendre de te voir dans cette robe.»


J'essayais tant bien que mal, d'apaiser les tensions qui polluait l'air de l'ascenseur et sortis de ma poche un paquet de m&n's. Je l'ouvris et le tendit vers Kathe, attendis qu'elle en prenne un tout en lui disant que c' est tout que j'avais sur moi. Puis j'en pris un tout en évitant de trop la regarder. Non parce que je ne trouvais pas à mon goût, bien au contraire, elle l'était même plus que je l'aurai imaginé, et je devais avouer que dans cette tenu, elle me troublait. Je l'écoutais donc, mais en regardant le sol.

«J'espère que ça fonctionnera entre vous, il aura beaucoup de chance de t'avoir dans sa vie.»


Puis je me risquais à la regarder du coin de l’œil, comme un enfant essayant discrètement de regarder la copie de son voisin, fis une moue. Puis je pris une grande inspiration et affrontai la belle militaire dans sa robe et lui souriais.

«Au fait, tiens »

Je lui tendis son téléphone, source de notre problème... Enfin la source de cette situation était moi.

« Et encore désolé. Je t'invite dans un resto pour me faire pardonner, l'endroit de ton choix et le jour de ton choix. »


Dernière édition par Sean Gilmore le Lun 17 Juin - 5:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katherine Highmore
Major des marines
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 23/01/2013

Feuille de personnage
âge: 30 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 0/5
Localisation en scénario: Atlantis

MessageSujet: Re: Et si nous étions rester sur terre   Dim 16 Juin - 20:18

Alors qu'Highmore allait en s'excitant, Sean l'arrêta, retenant sa main de frapper. Elle grognait tant de frustration que de désespoir. Elle esquissa un geste comme pour se dégager et recommence à le battre mais la prise était ferme. Elle poussa un court soupir et détourna son regard. Elle alla se fourrer le plus possible dans un coin de l'ascenseur et croisa les bras. Il essaya de se faire pardonner et de lui proposer de faire ce qu'elle voulait. Mais elle était trop en colère pour lui répondre. Elle bouillonnait de l'intérieur et ça se voyait. Ce rendez-vous semblait lui tenir à cœur. Elle préférait l'ignorer en faisant face aux parois de l'ascenseur. Puis il s'intéressa à son tour au boitier de contrôle de leur petit espace sans grand succès. Et il reprit ses questions. Les épaules de Katherine tombèrent et elle décroisa les bras. Elle se retourna avec un air glacial et une voix tout aussi distante:
"Qu'est ce que ça peut bien te faire où je l'ai rencontré! De toute façon maintenant ça risque de capoter! Avec un lapin comme ça! Personne ne viendra avant le prochain service! Je pourrais toujours l'appeler à ce moment là le rendez-vous sera passé depuis longtemps!"

Elle trépignait sur place, si elle avait eu l'espace de faire les cents pas, elle les aurait faits. Elle regarda la grille au-dessus d'elle considérant l'éventualité de sortir par là. Mais ça aurait été impossible sans ruiner sa tenue, et elle n'en avait pas suffisamment en réserve pour se le permettre. Son esprit se rendit à une triste vérité, elle manquerait ce rendez-vous quoi qu'il arrive. Une chose que son esprit avait du mal à encaisser. Pour une fois qu'elle avait la chance de rencontrer quelqu'un et de sortir avec...Les dernières paroles de Sean l'estomaquèrent. Elle refusa de se servir dans son paquet. Bien entendu elle avait faim, mais elle préférait souffrir cette faim pour le moment plutôt que d'être nourrie par lui. Elle lui répondit avec une voix à peine contrôlée:
"Qu'est ce que tu en sais? On se connait depuis quoi, un an? Deux? Vue comme tu me pourris la vie jour après jour comme ce soir je doute que tu sois en position de savoir le fait que je sois ou non dans la vie de quelqu'un est une chance!"

Elle chercha encore un moyen de se sortir de là pendant quelques secondes puis elle abandonna. Katherine finit par s'assoir au sol s'appuyant contre une des parois de l'ascenseur, de préférence la plus éloignée de Sean. Elle ramena ses jambes contre elle et posa son menton sur ses genoux. Son regard était triste et désolé. Elle prit de manière absente le portable que lui rendait Sean. Elle le garda en main caressant sa surface du pouce. Elle regardait devant elle de manière absente et ne dénia pas orienter ses yeux vers lui. Elle luttait pour les empêcher de devenir brillants et de verser une larme. Elle ne craquerait pas de la sorte devant lui. Elle ne l'avait jamais fait et il était hors de questions qu'elle commence maintenant. Malgré tout quelques signes transparurent :
"Peu importe Sean...ça ne compensera pas et tu le sais...et tu penses que j'ai envie d'aller dîner avec toi? Réellement?"

_________________
Katherine Highmore.
Major des Marines.
"Faisons ça simplement et efficacement!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Gilmore
Spécialiste en biochimie dynamique
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 15/02/2013

Feuille de personnage
âge: 31
Niveau utilisation gêne ATA: 2/5
Localisation en scénario: la cité

MessageSujet: Re: Et si nous étions rester sur terre   Dim 16 Juin - 21:35

C’est vrai, je passais mon temps à l’ennuyer, et non à lui parler de tout et de rien. Je pouvais sentir toute cette colère que j’avais provoquée, toute cette tension du à mon seul esprit emmerdeur. J’acceptais sans problème toute sa colère, sans dire un mot pour me défendre ou encore essayer de faire de l’humour comme a mon habitude. Quand elle me parla de cette soirée, je pouvais sentir qu’elle voulait réellement passer un bon moment avec cet homme, et quant à ma réflexion sur le couple qui pourrait former elle donna une gifle par sa réponse. Car en effet comment pouvais-je le savoir ? Comment pouvais je savoir qu’il aurait de la chance de l’avoir dans sa vie. Tout ce que je pouvais dire c’était que je le savais sans véritable raison. Puis elle s’assit et je pouvais voir ses yeux tristes qu’elle avait sur son visage, visage que je n’aurais jamais cru voir, et que je n’aimais guère voir sur le sien. Je regardais les portes de l’ascenseur, ainsi que la grille, je fis une moue et opta pour essayer d’ouvrir les portes par la force tout en lui disant.

« Je le sais c’est tout. Je n’ai pas besoin de te connaître plus pour savoir cela. Et ça fait un an.»

J’essayais tant bien que mal ouvrir les portes sans grand succès, mais je ne désespérais pas. Je m’en voulais vraiment de lui faire manquer cette soirée, de lui faire manquer un moment avec un homme qui semblait attirer par elle. Et ma première tentative, pour ouvrir ses portes ne fut pas un grand succès, elle m’avait même quelques peut essouffler.

« Et pour l’invitation à diner, si tu veux manger avec cet homme, mange avec cet homme. J’avais juste dans l’idée de te payer un resto que ça soit avec moi ou non. Quoi qu’il en soit, faisons en sorte que tu puisses le rejoindre.»

Après cette réponse, je repris ma besogne, j’essayais d’ouvrir les portes elles s‘ouvrirent de quelques centimètres. Mais elles restèrent à mon bon vouloir, et j’arrivais à peine à les repousser et pour finir me bras lâchèrent et je laissais échapper un juron. Ma respiration se faisait fort, le temps de reprendre un peu mon souffle, puis je me remis au travail, mais avec le même résultat.

« Bon sang ! Tu vas t’ouvrir oui ! »

Je devais tout faire pour qu’elle puisse avoir ce rendez-vous, pour que cet homme puisse lui faire les compliments qu’elle mérite. Mais je m’arrêtais quelques secondes m’appuyant sur les portes pour reprendre un peu mon souffle et tout en continuant à faire la causette à Kathe.

« Et je sais que je suis un emmerdeur finis. Que tu ne dois pas vraiment m’apprécier, ce qui est légitime. »

Je la regardai, elle avec cette robe et ce regard, puis je me remis à nouveau au travail, essayant d’ouvrir ces portes tout en continuant à lui parler

« Mais je ferais quand même tout pour que l’homme avec qui tu as rendez-vous puisse te dire que tu es magnifique dans cette robe, même si tu l’es aussi sans elle.»

Mes mots avaient échappé à mes pensées sans même que je m’en rends compte. Ma bouche n’avait dis que la vérité, et elle continua.

« Et je sais ce que tu vas dire, que je n’ai pas le droit de te dire ça après ce que je viens de faire, ce qui est vrai. Mais c'est vrai. Et que ce n’est pas la peine d’essaye de me faire pardonner, mais ce n’est pas le cas, enfin pas en cet instant.»

Les portes s’ouvris encore une fois un peut plus et elles se refermèrent alors que mon bras gauche lui subissait les conséquences de ce forcing et je ne pouvais m’empêche encore une fois de lâcher un juron et de donner des coups de pied à cette porte en la traitants de tous les noms.

« Aaah, bon sang ! Fais chier ! Tu vas t’ouvrir saleté de porte. Tu vas voir, tu ne perds rien pour attendre. JE vais faire de toi du steak haché !»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katherine Highmore
Major des marines
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 23/01/2013

Feuille de personnage
âge: 30 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 0/5
Localisation en scénario: Atlantis

MessageSujet: Re: Et si nous étions rester sur terre   Dim 21 Juil - 20:13

Katherine était restée parfaitement silencieuse, toujours repliée sur elle même dans son coin d'ascenseur. Elle s'était tue et jouait machinalement avec un des bracelets qu'elle avait autour du poignet. Sean avait répondu quelque chose pour son dernier commentaire. Elle n'y prêta pas attention le moins du monde. Elle s'enfonçait dans ses pensées et dans la peine que lui faisait ce rendez-vous manqué. Comment allait-elle pouvoir expliquer ça? Je me suis retrouvée coincé dans l'ascenseur avec le type le plus débile de toute la base? Même elle trouvait que ça sonnait faux. Elle sortit finalement de ses pensées en entendant Sean jurer et forcer sur la porte. Elle fronça les sourcils et soupira:
"Sean tu es sur une base militaire tu forces pas les portes d'ascenseur aussi facilement, il y a des sécurités..."

Elle le regarda continua de s'escrimer à le faire et à s’essouffler. Tout ce qu'il allait gagner c'était se blesser cette andouille. Elle poussa un nouveau grognement de frustration et se leva en croisant les bras. Elle l'appela de nouveau en lui demandant d'arrêter mais il ne l'écoutait pas. La température dans la cabine commençait à devenir étouffante et ses efforts physiques n'arrangeaient rien. Elle attendit un moment et repris un peu plus fort:
"Hé imbécile tu m'écoutes quand je te parle?! Arrête ça! Ho Sean!"

Elle farfouilla finalement dans son sac à mais et dans un soupir referma celui-ci avant de se retourner et de lui asséner sans grand effet un coup sur la tête. Elle recommença à deux reprises avant de lâcher son arme de fortune et décida de lui grimper sur le dos. Enroulant son bras autour de la gorge de Sean elle se pencha en arrière pour l'éloigner de la porte tout en le tapant du plat de la main:
"Mais tu vas arrêter 'spèce de débile! Mais t'écoutes jamais rien toi t'es pas possible! rougiu!"
Le duo se débattit de manière comique dans ce petit espace tandis qu'elle s'escrimait à la battre et que lui lui demandait d'arrêter. Si Katherine avait de la technique et une bonne tonicité musculaire Sean aurait pu la décrocher de son dos avec force sans trop d'effort. Elle finit par le lâcher glissant à nouveau au sol le souffle court. Sa peau était humide et son regard brûlant. Elle considéra un moment sa chaussure au talon tombée entre elle et lui pour le lui planter dans la gorge. Elle abandonna finalement l'idée et se radossa à la paroi de l'endroit où ils se trouvaient. Elle fixa Sean avec un regard meurtrier. A mesure que le temps passait son regard se faisait de moins en moins dur, laissant à nouveau transparaître de la tristesse. Elle baissa finalement le regard pour jouer inconfortablement avec ses doigts.

_________________
Katherine Highmore.
Major des Marines.
"Faisons ça simplement et efficacement!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Gilmore
Spécialiste en biochimie dynamique
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 15/02/2013

Feuille de personnage
âge: 31
Niveau utilisation gêne ATA: 2/5
Localisation en scénario: la cité

MessageSujet: Re: Et si nous étions rester sur terre   Dim 21 Juil - 21:43

Et elle me sautait dessus, me frappant du plat de sa main. La scène était digne d’un cartoon, Kathe était sur mon dos, tapant ma tête de sa main et moi je tournais en rond, pour finir sur le sol. Je lui demandais d’arrêter, mais rien n’y faisait, puis soudain tout s’arrêta. Elle s’était retirée de mon dos, se mettant sur le sol de l’ascenseur et se fut le silence. Aucun de nous deux ne prononçait un seul, elle me regardait avec cette envie de me tuer que je connaissais si bien et qu’au fil du temps m’avait appris que c’était à ce moment-là que je devais fuir. Et le temps passait, lentement dans un atmosphère des plus pensante, parfois je fredonnai quelques airs de Jazz, je devais avouer que je ne savais aucunement ce que je devais faire. Je pouvais lui parler, mais est-ce qu’elle allait me répondre ? Je cherchais un moyen de faire passe cette situation des plus désagréable, quand je vis son regard changer, il redevenait triste chose que je n’aimais pas, je fis la une moue et me décidai de lui changer les idées et ce même si elle n’allait pas me répondre.

« Comment tu es venue à rentrer dans l’armée ? »

Au moins en lui parlant ainsi, lui changeant les idées peut être qu’elle allait me livrer le nom de cet homme. Et une fois qu’elle me l’aura donné, j’irai voir cet homme lui expliquer. S’il était un idiot, il allait refuser de remettre leur rendez-vous ratez à un autre jour, et s’il était intelligent il allait lui redonnez un rendez-vous. J’attendais qu’elle me répondre et une fois que j’entendis le son de sa voix, et que j’avais eu sa réponse, je lui tendis à nouveau les m&m’s.

« Tu ne vas pas rester sans manger un petit truc. Prends en au moins un, ça ne va pas te tuer et puis il ne t’ont rien fait ces pauvres m&m’s. »

Je lui tendis toujours ce paquet tout en rajoutant avec un voix des plus bizarre.

« Mange-moi, mange-moi Kathe. »

Et reprenant ma voix normale.

« Tu vois il te le demande eux-mêmes. »

Puis je repris notre discussion là où j’en étais restée. J’avais passé tout mon temps à l’ennuyer sans jamais vraiment prendre la peine de la connaître, ou du moins connaître son passer, car elle, ce qu’elle était, je le savais, déjà.

« Et quand on t’a proposé devenir dans ce programme tu n’as pas pu dire non… Qui le pourrais tu me diras »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si nous étions rester sur terre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si nous étions rester sur terre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En Somalie, on ne porte jamais de chaussures. On apprend très tôt que nous venons tous de la terre et que nous sommes amenés à y retourner un jour. — K'Naan
» (m) sean maguire ☩ il fut un temps où nous étions heureux
» Viktoria « Dans notre jeunesse, nous vivons comme si nous étions immortels. »
» [PM] Plonger serait un suicide, rester sur terre aussi (Aubépine)
» « Le meilleur moment de solitude serait d'être seul comme si nous étions deux. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SGA Réalités Alternatives :: L'autre cité d'Atlantis-
Sauter vers: