Stargate Atlantis: Réalités Alternatives - Forum RPG

Partagez | 
 

 retour difficile [09/09/2004]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ailein MacAulay
Lieutenant "Scottish beauty"
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 25/01/2013

Feuille de personnage
âge: 27 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 2/5
Localisation en scénario:

MessageSujet: retour difficile [09/09/2004]   Ven 2 Jan - 22:04

Ma première mission, on ne pouvait pas dire qu’elle s’était mal passée du moins pour ma propre personne. Par contre nous avions rencontré plusieurs problèmes, et ramené une âme perdue. Je devais avoue que je ne savais si nous pouvions réellement lui faire confiance ou non, elle nous avait servis de guide, nous avait amené à l’endroit que nous voulions, et ce en évitant de nous mettre dans une mauvaise situation. En soi rien que pour cela, je pouvais me permettre de lui accorder ma confiance, mais j’avais encore quelques doutes qui disparaitraient certainement avec le temps.

Mais, malgré tout nous avions à déplorer des pertes, des personnes comme le colonel, et une autre personne. Et à ce moment précis je prenais la bouteille de ma grand-mère, me rappelant les paroles que j’avais échangées avec Karim avec un léger sourire, tout en sortant avec deux verres dans l’autre main. Cette fois-ci je prenais la direction de l’infirmerie, afin de voir le major qui avait été certainement secoué par la mort de notre commandant en chef.

J’arrivais prés de l’infirmerie rencontra un médecine qui me demandais ce que je venais faire avec cette bouteille et pour toute réponse il avait un «  Oh vous inquiété pas.» puis je continuais d’avancer sans même attendre in seul mot de sa part. J’arrivais près du lit du major qui était en compagnie du DR Gilmore, il me regarda, puis la bouteille et les deux verres, et il eut un sourire. Il se leva, lui disant qu’il reviendrait plus tard tout en l’embrassant sur le front, puis il sortit tout en me disant, alors qu’il passait à côté de moi.

« Elle sera contente de te voir, même si elle n’est pas dans les meilleures dispositions. »

J’avançais vers le major, posa les verres sur la petite tablette, et commença à remplir un verre de whisky, et un autre d’eau glacer que je tendis au major. Puis je la regardais un léger sourire.

« Vous ne croyez quand même pas que j’allais vous donner du whisky avec ce que vous avez eu, quand même. »

Elle avait été la plus touchée, avait reçu un flèche et avait failli être étranglé. On pouvait dire qu’elle avait échappé de peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katherine Highmore
Major des marines
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 23/01/2013

Feuille de personnage
âge: 30 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 0/5
Localisation en scénario: Atlantis

MessageSujet: Re: retour difficile [09/09/2004]   Lun 5 Jan - 14:13

Le major Highmore avait été admise à l’infirmerie avec tous les autres blessés de la mission dès leur retour. Elle accusait de mauvais coups mais rien qui ne puisse être qualifié de grave. Les médecins s’étaient voulus rassurants, elle pourrait repartir dans quelques heures et rejoindre le docteur Weir pour un débriefing complet de la mission. Elle avait regardé l’infirmerie se vider au compte-goutte, la veille, à mesure que chacun était soigné. Le docteur Creegan et Evan étaient ressortis avec un bras en écharpe, les autres avec des pansements et un peu de baume. Elle était restée, les médecins voulaient s’assurer qu’il n’y avait pas de lésions cachées sous sont thorax meurtri. Le major en avait vu d’autres, des blessures plus graves qu’elle avait vécu dans des affrontements passés. Ce choc terrible qu’elle avait reçu au Kossovo par exemple.
Le plus gros des dommages étaient d’ordre psychologique. Highmore n’avait perdu son commandant qu’une seule fois dans le passé. Subir des pertes était toujours une épreuve difficile. Dans une structure aussi sélective que celle du programme Stargate, tout le monde finissait par connaître tout le monde. Des collègues, des amis, des êtres aux talents hors du commun étaient perdus. Elle ne connaissait pas très bien le sergent Maygnuries, c’était quelqu’un de bien et de dévoué. Les militaires étaient déjà peu nombreux dans cette expédition, chaque absence allait se faire ressentir. Mais la mort du sergent n’était rien pour elle en comparaison de la perte du colonel. Elle avait affronté l’enfer à ses côtés pendant près de 4 années au SGC. L’homme avait été un modèle et un mentor pour elle au sein du programme. Elle l’avait toujours admiré et suivi de l’autre côté du vortex. Elle était prise d’une profonde tristesse et ressentait un vide maintenant.
Heureusement Sean était arrivé pour la réconforté. Elle avait fait son possible pour faire bonne figure auprès de lui. Malgré tout elle était restée assez silencieuse et son sourire avait été pâle. Elle était encore trop remuée pour penser à autre chose. Elle avait passé une nuit agitée, son esprit rejouait en boucle l’affrontement avec le Nodon. La facilité déconcertante avec laquelle il l’avait maîtrisé, le passage froid et gluant de sa langue sur sa joue. Et sans cesse elle revoyait le visage du colonel Sumner appuyé sans vie contre le sol froid de l’habitation. Elle s’était réveillée plusieurs fois en nage et au bord de la panique avant de se forcer à reprendre le contrôle. Elle n’avait pas meilleur mine lorsque Sean était repassé la voir le matin avant de filer au travail.

C’est à ce moment qu’était arrivé le lieutenant Mac Aulay. Elle semblait être passée à travers cette épreuve comme une feuille de papier. La jeune femme était probablement la plus solide de tous. Elle déposa une bonne bouteille de whisky sur la tablette près du major et se servit un verre avant de tendre un autre rempli d’eau au major. Elle leva un sourcil interrogatif au lieutenant qui lui rappela sa condition médicale. Le major sourit et ouvrit la bouche comme pour formuler une bonne répartie mais rien ne vint. Elle se ré-éteignit et son regard se perdit dans son verre. Elle releva finalement les yeux sur le lieutenant :

« N’en abusez pas trop, nous sommes attendus au débriefing de mission par le docteur Weir d’ici quelques heures…Et puis comment je pourrais y goûter si vous siphonnez tout. »

Elle sourit en fixant la bouteille et le liquide ambré qu’elle contenait :

« Alors c’est votre manière à vous de venir me tenir compagnie ? Picoler en essayant de me faire saliver ? »

_________________
Katherine Highmore.
Major des Marines.
"Faisons ça simplement et efficacement!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailein MacAulay
Lieutenant "Scottish beauty"
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 25/01/2013

Feuille de personnage
âge: 27 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 2/5
Localisation en scénario:

MessageSujet: Re: retour difficile [09/09/2004]   Dim 11 Jan - 18:37

J’eus un léger sourire quand le major me fit cette réflexion. Il n’est pas question de tout boire, ni même de se souler avant le débriefing, non. IL était juste question de lever nos verres pendant l’espace de quelques minutes à ces deux personnes qui était tombé sur le champ d’honneur. Je connaissais que très peu le colonel et le sergent, tout ce que je savais c’était que le major elle connaissait Sumner, qu’il avait été supérieur. Alors la moindre des choses était au moins de lever notre verre pour ces deux hommes

« Non majors, c’est ma manière de lever mon verre pour le colonel et le sergent. »

Et puis la mission avait été assez éprouvante, pour chacun, nous avions deux morts et récupérer une autre personne dont je ne savais que penser. Je levais mon verre, tout en disant « Au Colonel Sumner et le Sergent Maygnuries ». Je buvais une gorger du whisky, puis ajouta tout en tournant mon verre machinalement

« Et il n’est pas question de ce soulé… Et puis c’est ma seule bouteille faut la faire durer, puisqu’on ne sait pas quand on va retourner sur terre. »

Puis je me restais dans le silence, ne disant pas un mot. À dire vrai, je ne savais pas ce que je pouvais bien dire, je n’avais aucune pensée, aucun mot qui me venait à l’esprit, rien qui pouvait apporter mon soutien au major. Quand ma grand-mère maternelle était décédée, là également je n’avais rien sur dire, et à la mort de ma mère, même si j’en avais très peu de souvenir, je m’étais réfugié dans le silence pendant quelque temps. Et tout ce qui me vient en tête ce fut ma grand-mère paternelle qui dans les jours de deuil levait son verre également au défunt. Cela m’avait toujours tiré un sourire et encore maintenant.

« Ma grand-mère, du côté de mon père, faisait toujours ainsi quand une personne qu’elle connaissait décédait... Je suis sûr que c’est la première chose qu’elle a faite à la mort de ma mère. Une sacrée bonne femme, vous l’aimeriez bien. »

Je repris une gorgée de ce whisky, repensant à ses paroles et dans cette situation j’étais sûr qu’elle m’aurait dit dans les plus beaux accents écossais « Tu as le droit d’être triste, mais le meilleur remède pour la peine sont les bons souvenirs. » Elle avait toujours eu un sacré caractère, et bien souvent on m’avait dit que je tenais d’elle ce que j’avais toujours pris pour un compliment. Mais contrairement à elle je ne savais jamais que dire dans de pareils moments. Tout ce que je trouvais à dire fut un.

« Je suis désolée pour le colonel. On m’a dit que vous étiez proche lui et vous. Et bien que je ne le connaissais pas beaucoup, on m’a dit que c’était un homme bien. »

À dire vrai, je pense que je pouvais comprendre le major, même si cela ne faisait pas longtemps que j’étais sous ses ordres. Je la considérais comme étant un exemple à suivre, même s’il n’y avait que 3 ans qui nous séparaient. Alors quand une personne, pour qui nous avions beaucoup de respect venait à disparaitre marquait bien plus qu’on ne le pensait. Mais en fait non je ne pouvais pas vraiment comprendre ce qu’elle pouvait ressentir, chacun à sa propre expérience de la mort. Je savais ce que j’aurais ressenti à sa place, mais ne pouvait savoir ses propres sentiments à elle

« Je ne vais pas vous dire que je comprends ce que vous ressentez. Chacun à son propre ressenti fasse à la mort. Et quand je l’ai expérimenté, je n’avais que 6 ans, le ressenti n’est pas le même. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katherine Highmore
Major des marines
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 23/01/2013

Feuille de personnage
âge: 30 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 0/5
Localisation en scénario: Atlantis

MessageSujet: Re: retour difficile [09/09/2004]   Lun 12 Jan - 13:46

Le lieutenant avait fait une réponse très juste au major. Highmore n’avait pas encore trouvé la façon dont elle porterait le deuil. Elle n’était pas certaine qu’elle en ait même le temps. De réelles menaces pesaient sur la citée. Cette mort allait revenir frapper de plein fouet le personnel militaire de la même manière que la mort d’Evan les avait affecté. Elle prit son verre et le leva en même temps que le lieutenant. Les mots ne lui vinrent pas non plus. Elle qui n’était d’ordinaire jamais à court de bons mots avait manqué d’inspiration dernièrement. Le sourire lui revint lorsque MacAulay lui assura qu’elle conserverait sa bouteille le plus longtemps possible. Elle connaissait le lieutenant depuis peu mais plus elle passait de temps avec elle plus elle était persuadée qu’il s’agissait de quelqu’un ce consciencieux et douée d’un véritable instinct humain. Rien ne l’avait forcé à venir la voir et partager ce verre. Sa présence réconfortait Highmore, elle lui rappelait qu’il y avait encore beaucoup à faire, beaucoup à voir. Elle considéra d’un œil attendrit le lieutenant quand elle lui raconta la provenance de cette habitude. Katherine acquiesça à ses dires :

« Votre grand-mère a une sacrée habitude lieutenant ! Je pense que c’est pas une mauvaise chose cela dit. Une bonne manière de saluer une dernière fois ce que vont nous manquer… »

Le major reprit son verre et en termina le contenu. Elle s’apprêtait à le reposer quand la belle écossaise évoqua franchement la disparition du colonel. Ce n’était un secret pour personne, Highmore n’avait embarqué dans cette aventure que parce qu’elle y avait été invitée par le colonel. Ses années services avec lui étaient également un fait bien connu. Elle joua machinalement avec le verre qu’elle tenait. Ses pensées revinrent sur ce qui était perdu. Elle fit un nouveau signe de tête approbateur faisant suite aux paroles du lieutenant. Elle leva les yeux et prit une grande inspiration, autant pour faire appel à sa mémoire que pour contenir les vagues d’émotions qui la submergeait. Elle battit des paupières pour chasser l’humidité qui s’y accumulait.

« J’ai servi avec le colonel depuis mon arrivée dans le programme Porte des Etoiles. Tout ce que je sais de l’exploration, des opérations de l’autre côté de la Porte c’est avec lui que je l’ai appris. On était proche oui…de manière strictement professionnelle j’entends. On a affronté le pire avec le colonel à l’époque où nous étions dans SG-6. Mais à chaque fois on s’en est tiré grâce à lui. C’était un officier dévoué, sûr de lui, et très attaché à la condition de son personnel. Certains auraient pu dire qu’il était dur mais il a toujours été juste avec ceux qui servaient sous ses ordres…On a perdu un grand leader et ça va être difficile de trouver quelqu’un pour le remplacer. »

Elle marqua un nouveau silence. Prenant de grandes inspirations qui soulevaient sa poitrine douloureuse. Elle écouta de nouveau le lieutenant lui parler de son expérience de la mort, du jeune âge auquel elle y avait été confrontée. La jeune femme avait rencontré la mort bien tôt de l’avis du major. Il n’était jamais facile d’encaisser la perte d’un proche, la première fois qu’on est confronté à la mort, elle vous rappelle à la réalité brutale de la vie et de sa fin. Le major se rappela soudain du dossier du lieutenant. La jeune femme avait intégré le programme en sortant de son académie. Elle accusait extraordinairement bien le coup pour quelqu’un rencontrant son premier affrontement.

« Le décès d’un compagnon d’arme est différent de celui d’un membre d’une famille. Il nous affecte toujours différemment. C’est la brutalité avec laquelle ce genre de choses survient qui nous choc. On n’y est jamais vraiment préparé. La meilleure chose à faire c’est de garder constamment à l’esprit que ça peut arriver lieutenant. Vous y avez déjà pensé à ce genre de choses ? »

_________________
Katherine Highmore.
Major des Marines.
"Faisons ça simplement et efficacement!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailein MacAulay
Lieutenant "Scottish beauty"
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 25/01/2013

Feuille de personnage
âge: 27 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 2/5
Localisation en scénario:

MessageSujet: Re: retour difficile [09/09/2004]   Mar 20 Jan - 13:01

Je continuais à tourner machinalement mon verre regardant son contenu, écoutant les paroles des majors, souriant à la réflexion qu’elle venait de formuler sur ma grand-mère.  Elle était un sacrée de bout de femme, fallait le reconnaitre. Elle m’avait toujours poussé dans mes idées folles, me répétant que nous ne vivions qu’une fois, alors qu’il fallait la rendre fascinante. Elle ne m’avait jamais tenu rigueur pour mon goût de l’aventure, pour cette sensation dont j’avais toujours eu besoin.

« Oui… C’est elle qui a mis cette bouteille dans ma valise. »

Je repris une gorgée de ce whisky, alors que le major me parlait de cette relation particulière qu’elle avait eue avec le colonel. Je ne pouvais m’empêcher de faire un rapprochement entre elle et moi,  j’avais commencé ce programme sous s’est ordre et  nous avions déjà tissé quelques liens du moins je le pensais et cela allait continuer. Je ne sais pas comment j’aurai réagis, je ne sais pas si j’aurais affiché le même visage et vivre cette perte intérieurement sans en parler à personne. Ce genre de chose, je n’aimais pas en parler la plus part du temps, je les garde pour moi protégeant, essayant de les oublié jusqu’à ce qu’il ne fasse plus écho en moi. En parle… je ne voyais pas l’utilité pour moi-même, cela n’allait pas faire disparaitre ce que je pouvais ressentir… De ce faite, je pense que j’aurais tous garde en moi, réagissant le plus normalement possible, essayant de montrer le même visage que j’affichais chaque jour.

Quant à la perte d’un ami… J’y avais pensée, quand je les voyais partir le sourire aux lèvres vers leur nouvelle affectation, ou quand pour la dernière fois nous avions cette franche rigolade avant qu’ils ne partent. J’y avais pensée quand ma famille avait essayé de me convaincre de renoncer à l’armée, m’avançant cet argument en dernière recours face à mon entêtement  

« J’y ai pensée… quelques fois quand je voyais des amis partir au front… Et même quand je suis rentrée à l’académie.. Et bien que je sache que cela peut se produire, je préfère mettre cette idée de un coin de ma tête et l’oublié pendant quelques temps… Mais on peut perte de façon brutal, quelque tous les jours, il suffit qu’un personne traverse et se face reverser par un voiture. Ou encore perd le contrôle de la voiture et tombe dans un ravin.»

Ce dernier exemple je pensais à ma mère, qui avait-elle perdu le contrôle du véhicule. Je marquais un temps d’arrêt, laissant le silence s’installer, regardant le fond de whisky dans mon verre. Je pensais à des amis, qui avait perdu d’autres amis avec les sport que nous pratiquions et me disait que ça soit à l’armée ou nous, nous pouvions perdre des proches. Puis je reprenais tout en disant

« Parfois je me dis que le seul lot de consolation à ceux qui meurt sur le terrain, est qu’ils sont mort pour ce en quoi il croyait, ce pourquoi ils ont voulu rentrée dans l’armée. C’est bien utopique, mais au moins ça rend leur mort moins inutile. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katherine Highmore
Major des marines
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 23/01/2013

Feuille de personnage
âge: 30 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 0/5
Localisation en scénario: Atlantis

MessageSujet: Re: retour difficile [09/09/2004]   Jeu 22 Jan - 14:40

Le major Highmore écouta avec attention son second. Elle n’aimait visiblement pas parler de la mort. Le principal et c’est tout ce dont elle voulait s’assurer c’est qu’elle ait conscience que cela pouvait arriver un jour. Etrangement l’armée formait les officiers à faire des calculs de probabilité entre ceux qui pouvaient être sauvés et ceux qui ne le pouvaient pas. Être capable de sacrifier des hommes s’il le fallait. Le problème était de vivre après ça. De savoir que l’on avait causé la mort et qu’on l’avait fait délibérément. Highmore fixa le lieutenant un moment en se demandant si elle serait prête à la sacrifier ? Ou si elle n’échangerait pas plutôt sa place. La jeune femme avait certainement un avenir bien plus brillant que le sien qui l’attendait. Elle chassa rapidement ses pensées en se disant que si des idées sombres lui venaient il devait en être de même pour ceux qui servaient sous ses ordres. Quel effet pouvait-elle avoir sur ses troupes ? Elle se redressa dans son lit et plongea son regard dans celui du lieutenant.

« Lieutenant, quand nous aurons fini le débriefing j’ai besoin que vous organisiez un planning d’exercice pour les gars de notre groupe. Ils ne doivent pas avoir le temps de douter ou de se poser des questions trop sombre. Le moral ne doit pas arriver trop bas parce qu’avouons-le, on n’a pas beaucoup de parcs d’attraction dans le coin pour les aider à penser à autre chose. »

Elle prit un instant pour réfléchir. Elle n’avait eu qu’une envie depuis son retour c’était de retourner sur cette planète en force et raser le village de ces primitifs. Elle savait qu’une telle action serait aussi futile que dangereuse. Si par malheur les équipes d’exploration devaient croiser à nouveau la route des Nodons Highmore voulait être certaine qu’ils seraient prêts. Elle porta à nouveau son attention vers l’écossaise.

« Dès que possible je veux pouvoir organiser des réunions avec les chefs de groupes. Nous devrons leur adresser des dossiers complets avec ce que l’on sait sur les Nodons…Ha et voyez si vous pouvez nous trouver un créneau pour tailler le bout de gras avec la nouvelle petite copine d’Evan. Elle doit certainement bien les connaître. »

La résolution du major semblait regagner en vigueur à mesure qu’elle parlait. Cette idée l’occupait et la visite du lieutenant lui permettait de se concentrer sur ce qu’on pouvait attendre d’elle. Elle commençait déjà à imaginer toutes sortes d'exercices et d'analyses tactiques. Les bases d'une procédure pour réagir en cas de rencontre hostiles émergea également dans son esprit.
Elle allait devoir proposer un dossier en béton au Dr Weir pour faire valider ces changements mais elle croyait sincèrement en leur utilité.

« Vous avez des suggestions vous-même lieutenant ? Surtout n’hésitez pas. »

_________________
Katherine Highmore.
Major des Marines.
"Faisons ça simplement et efficacement!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailein MacAulay
Lieutenant "Scottish beauty"
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 25/01/2013

Feuille de personnage
âge: 27 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 2/5
Localisation en scénario:

MessageSujet: Re: retour difficile [09/09/2004]   Ven 23 Jan - 9:23

Elle changea de sujet, surement qu’elle avait remarqué que je n’avais jamais été fan de parler de la mort. Moi je finissais mon verre le temps qu’elle se redresse sur son lit, me regardant. Je devais avouer qu’une conversation exclusivement sur un tel sujet me mettait mal à l’aise. Elle me regardait, alors je la regardais, l’écoutant me parler de l’organisation d’un planning, afin de les occuper. Cela était une bonne idée, il penserait à autre chose au lieu de tournée en rond comme des lions en cages, repensant inlassablement à ce qui était arrivé durant cette mission. Je hochais la tête réfléchissant déjà après quelques exercices, entrainement au fusil, au combat, ainsi que de l’endurance et encore quelque exercice de stratégie sous forme de jeu.

« Très bien, j’ai quelques idées pour les occupées. »

Elle marqua un temps d’arrêt juste assez pour mes pensées à reprendre l’idée de la mort. Car malgré tout je me posais à toutes sortes de question, je me demandais cela nous arrivait, si je devais la laisser sur place, si j’allais le faire elle ou quelqu’un d’autres. Nous avions ce fameux credo, cette fameuse phrase commune à tous les services militaire du monde « nous n’abandonnons pas les nôtres ». Mais quand cela pouvait sauver la vie du reste de l’équipe, valait-il pas mieux laisser la personne pour sauver la vie des autres. J’avais du mal avec cet idée, je devais bien l’avouée. La seul chose qui me tira de mes pensée ce fus quand elle me demanda si j’avais des suggestions, j’avais relevé « Hum.. » Je regardais le major, m’apercevant que je n’avais pas vraiment écouté la dernière partie. Il y avait juste des brides que j’avais entendues, comme faire un dossier et parler à cette fille que nous avions ramassée sur cette planète. Je m’excusais d’un air confus.

« Ha heu… Désolée major... Donc le dossier, la nouvelle. »

Je marquais un temps d’arrêt regardant les instruments médicaux d’un air absent, chipotais à mon verre. Puis disait ce qui me trottait dans la tête.

« Major ? Comment peut-on arriver à décider à un moment qu’une perte est acceptable afin que le reste puisse vivre ? Après tout nous avons ce code, « Ne jamais laisser un dès notre.». Alors comment peut-on dire que cette vie est perdue et qu’il faut la laisse derrière nous. Je sais que cela peut arriver à tout moment, que les pertes son inévitable. Mais... »

Mais la famille dans tout ça. Ces personnes allaient devoir faire leur deuil sans avoir un corps à pleurer, juste une boite vide devant lequel elle allait pleurer la perte d’une personne qui leur est important.

« Je pense à leur famille, il n’auront qu’une boite vide pour pleurer. Comment peut-on faire son deuil si on n’a qu’une boite vide. Comment se faire à l’idée qu’ils ne le verront plus juste sur nos dires…. »

En fait soudain c’était comme si je comprenais les peur de famille, cette peur de ne plus jamais me revoir et j’eu un léger sourire.

« En fait, je commence à comprendre pourquoi ma famille à voulut m’empêcher de m’engager. Et voilà que je me suis engagé dans une mission dont je ne suis même pas sûr que vais revenir… Tout d’un coup mon choix me semble bien égoïste. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katherine Highmore
Major des marines
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 23/01/2013

Feuille de personnage
âge: 30 ans
Niveau utilisation gêne ATA: 0/5
Localisation en scénario: Atlantis

MessageSujet: Re: retour difficile [09/09/2004]   Mar 3 Fév - 11:48

Le major sentait l’attention d’Ailein diminuer à mesure qu’elle parlait. Leur échange n’était pas des plus joyeux mais il avait au moins le mérite de faire sortir quelques interrogations profondes. Et c’est précisément une de celles-ci qui occupait l’esprit de McAulay. Une rude question sur le poids de sauver une vie ou de la laisser être fauchée par la violence d’un conflit. C’est le genre de choses qu’elle aurait précisément évité s’il l’avait pu, généralement en prétextant ne pas avoir le temps et en gardant ces choses pour plus tard. Mais ici, clouée dans son lit elle n’avait nulle part où fuir. Son regard s’immobilisa dans le vide tandis que certains souvenirs pénibles refaisaient surface. Quel paramètre devait être pris en compte pour sacrifier littéralement chacun. Après ce qui semblait être une éternité elle prit une grande inspiration et s’exprima :

« L’histoire est pleine de coup calculés ayant demandé le sacrifice d’hommes et de femmes d’exceptions. Lorsqu’Enigma fut percé durant la seconde guerre mondiale les Alliés ont minutieusement choisis qui sauver ou non pour que les Allemand ne découvrent pas que leur cryptage était découvert…La première équipe SG-12 fut considérée comme perdue lorsqu’on s’est rendu compte que la planète qu’ils exploraient était à proximité d’un trou noir. »
Elle resta un instant à chercher ses mots pendant que sa mâchoire s’ouvrait et se fermait.
« Il n’y a pas de règle absolue. On choisit de le faire quand le sacrifice des uns permet la survie et le succès de la grande majorité des autres…la victoire sur la tyrannie pour la seconde guerre mondiale, la survie de la terre. Vous ne le saurez que lorsque vous y serez lieutenant. Lorsque vous saurez que rien ne peut sauver votre homme et qu’une tentative de sauvetage sera aussi vaine que meurtrière…et il faudra vivre avec le poids de votre décision. »

Le major écouta par la suite les remords du lieutenant. Être partie en risquant sa vie alors que sa famille désirait la garder auprès d’elle, l’opposition de celle-ci à son entrée dans l’armée. Elle se rappela les différences de cultures qu’impliquaient leurs pays respectifs. La jeune femme était visiblement très attachée à sa famille, ce qui était tout naturel. Elle la considéra un moment avec un sourire bienveillant. D’ordinaire elle n’était pas aussi avenante, elle l’aurait rabrouée et l’aurait amené à se ressaisir. Mais il faut croire qu’Atlantis, Sean et cette dernière mission l’avaient changée.

« Lieutenant, je pense que vous voyez la chose de la mauvaise façon. Vous avez choisi de servir votre pays et de rejoindre cette expédition par conviction. On ne peut imaginer ce choix être égoïste quand on sait ce qui est en jeu. Nous ne sommes qu’un rouage dans une organisation pleine de potentiel. Vous avez décidé de rejoindre une aventure qui nous dépasse tous…qui sait ce qu’on pourrait trouver ici ? Dans tous les cas ça n’a rien d’égoïste, il faut plutôt le voir comme un don de soi à quelque chose de plus grand. Vos parents le savent lieutenant, n’ayez aucun doute la dessus…»

_________________
Katherine Highmore.
Major des Marines.
"Faisons ça simplement et efficacement!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: retour difficile [09/09/2004]   

Revenir en haut Aller en bas
 
retour difficile [09/09/2004]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FB Deimos - Macaria] Un retour difficile.
» Retour au camp aprés une mise bas difficile
» Aristide di an daki li pa rekonèt zafè elèksyon yo ki se kontinyite koudeta 2004
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SGA Réalités Alternatives :: SG Alternatif - Zone RP Scénario & Libres :: Atlantis: La cité des Anciens :: Infirmerie :: Salle des alités-
Sauter vers: